Réussir par l’école, malgré le reste. Entretien avec Stéphane Beaud.

Treize ans après Pays de malheur, Stéphane Beaud revient avec une nouvelle enquête sur les trajectoires des enfants des classes populaires issues de l’immigration. Cette fois, ce n’est pas l’histoire d’une vie, mais bien de huit vies de galère et d’une fière réussite.

A la sortie d’une conférence, le sociologue rencontre Samira et deux de ses sœurs. Issues d’une famille immigrée algérienne de huit enfants, elles se sont reconnues dans ses analyses et souhaitent poursuivre la discussion. Il en sort une enquête de plusieurs années et un livre, La France des Belhoumi. L’ouvrage reprend et dénoue les fils d’une trame complexe qui relie les transformations de la classe ouvrière, les destins scolaires des enfants d’origine populaire immigrée et les recompositions socio-urbaines des banlieues.

L’objectif : replacer les trajectoires des enfants d’immigrés dans un cadre d’analyse rigoureux centré sur les instances de socialisation, montrer que ces trajectoires s’inscrivent dans des évolutions institutionnelles, socio-économiques et socio-spatiales qui remettent radicalement en question les discours politiques sur l’intégration. L’école occupe une place centrale dans les processus analysés. L’espace scolaire peine à trouver son autonomie face aux dynamiques externes dans lesquelles s’inscrivent les trajectoires des huits enfants Belhoumi. Elle n’en reste pas moins, pour les membres hyper-mobilisés de la fratrie, le tremplin essentiel de l’intégration, prise, non dans son sens politique et médiatique, mais comme la possibilité offerte aux individus de trouver leur place dans la société. Lire la suite sur nonfiction.fr.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.