Quand l’éducation nouvelle révolutionnait l’école

Après la Première guerre mondiale, Célestin Freinet et le mouvement de l’éducation nouvelle ont tenté de réhabiliter l’expérience sensorielle et existentielle de l’enfance. Le documentaire Révolution école. 1918-1939(Les films du poisson, 2016), réalisé par Johanna Grudzinska, en retrace la naissance, les espoirs et la fin triste et sombre dans les affres du totalitarisme.

En un chœur monotone, des enfants répètent après leur maître. « La France est ma patrie. Je l’aime comme mon père et ma mère. Afin de lui prouver mon amour, je veux maintenant être un enfant laborieux et sage, pour être, quand je serai grand, un bon et un brave soldat ». Les enfants qui ont récité cette leçon de patriotisme sont morts sur le champ de bataille, à peine adultes.

C’est sur ce constat de l’échec de l’école républicaine à faire œuvre de civilisation que s’ouvre le documentaire Révolution école de Joanna Grudzinska. On y assiste, dans les lendemains désenchantés de la Première Guerre mondiale, au développement, dans un monde nouveau, du projet d’une éducation nouvelle. Sur fond d’années folles, de naissance de l’URSS et de montée du fascisme, la Ligue internationale de l’éducation nouvelle (LIEN). Mais les années 30 assistent, dans l’impuissance générale, à l’effondrement des illusions, sur fond de montée des nationalismes, de renforcement des fascismes et d’expansion nazie. Le film se referme sur la déportation des enfants de l’orphelinat de Janusz Korczak, piégés dans le ghetto de Varsovie et l’internement de Célestin Freinet.

Lire la suite sur nonfiction.fr.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.