L’école et la violence

Un mot, plusieurs définitions

On peut définir la violence de trois manières au moins:

-L’utilisation à l’égard d’un tiers de la force, morale ou physique, pour lui imposer ce qu’on considère qu’il n’accepterait pas autrement et que la société réprouve.

-L’utilisation à l’égard d’un tiers d’une contrainte considérée socialement comme légitime, fondée sur le présupposé que la liberté du sujet doit être limitée, dans son propre intérêt et au nom de l’intérêt général, par sa famille, par les institutions (parmi lesquelles l’école, mais aussi les asiles psychiatriques ou les hôpitaux), par l’Etat.

-L’utilisation à l’égard de soi-même de moyens d’auto-contrainte. On se « fait violence » pour aller travailler quand on est fatigué ou encore pour éviter certaines nourritures réputées mauvaises pour la santé. Dans ce type de violence, on peut mettre la violence symbolique définie par Pierre Bourdieu comme l’imposition à eux-mêmes par les individus des structures naturalisées de la domination sociale. Reste que la violence symbolique est une violence elle-même naturalisée ce qui fait qu’elle n’est plus perçue comme telle.

Les trois définitions pourraient s’appliquer au cadre de l’institution scolaire. L’effort de travail demandé aux élèves par l’école relève de la 3è, les règlements scolaires de la seconde et les multiples agressions décrites par les professionnels de l’école, mais aussi, de plus en plus, par de multiples acteurs extérieurs, hommes et femmes politiques, essayistes, journalistes, de la 1ère définition. Lire la suite