Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école, de Lucie Tanguy. Compte-rendu.

Lucie Tanguy, Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école. Le tournant politique des années 1980-2000 en France, Paris, La dispute, 2016, 221 p.

L’école a été accusée, dans les 20 dernières années, de manquer à sa mission d’insertion professionnelle des jeunes. Elle-même connaît une importante transformation, l’Etat se dessaisissant d’une partie de ses attributions et ouvrant l’institution à l’intervention privée. Dans Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école Lucie Tanguy observer ces évolutions en privilégiant l’enseignement professionnel et technologique, à la fois parce qu’ils sont souvent des lieux pilotes et parce que leur place de périphéries du système en fait des analyseurs intéressants de ses changements. L’ensemble est replacé dans une évolution plus globale d’une école qui forme moins, depuis les années 1970, des travailleurs qualifiés et des citoyens que de futurs salariés employables et dotés de l’esprit entrepreneurial.

Lire la suite du compte-rendu dans la Newsletter de l’Institut de Recherches de la FSU.

L’école et la violence

Un mot, plusieurs définitions

On peut définir la violence de trois manières au moins:

-L’utilisation à l’égard d’un tiers de la force, morale ou physique, pour lui imposer ce qu’on considère qu’il n’accepterait pas autrement et que la société réprouve.

-L’utilisation à l’égard d’un tiers d’une contrainte considérée socialement comme légitime, fondée sur le présupposé que la liberté du sujet doit être limitée, dans son propre intérêt et au nom de l’intérêt général, par sa famille, par les institutions (parmi lesquelles l’école, mais aussi les asiles psychiatriques ou les hôpitaux), par l’Etat.

-L’utilisation à l’égard de soi-même de moyens d’auto-contrainte. On se « fait violence » pour aller travailler quand on est fatigué ou encore pour éviter certaines nourritures réputées mauvaises pour la santé. Dans ce type de violence, on peut mettre la violence symbolique définie par Pierre Bourdieu comme l’imposition à eux-mêmes par les individus des structures naturalisées de la domination sociale. Reste que la violence symbolique est une violence elle-même naturalisée ce qui fait qu’elle n’est plus perçue comme telle.

Les trois définitions pourraient s’appliquer au cadre de l’institution scolaire. L’effort de travail demandé aux élèves par l’école relève de la 3è, les règlements scolaires de la seconde et les multiples agressions décrites par les professionnels de l’école, mais aussi, de plus en plus, par de multiples acteurs extérieurs, hommes et femmes politiques, essayistes, journalistes, de la 1ère définition. Lire la suite

Travailler dans le plaisir, un renoncement ?

Dans un précédent article, j’ai voulu faire le bilan de l’expérience, que j’ai vécue pendant mes deux dernières années d’enseignement, d’une révolution de mes pratiques pédagogiques. J’ai décrit les modalités selon lesquelles j’étais passée d’une pédagogie de type socio-constructiviste conforme aux demandes de l’institution à une pédagogie plus personnelle, guidée par deux principes: celui de la curiosité de découvrir et celui du plaisir d’enseigner et d’apprendre.

Une telle posture pédagogique n’est pas sans poser problème. Elle pourrait en effet laisser penser que je me serais détournée des pratiques exigeantes d’une pédagogie fondée sur le travail pour m’orienter vers celles, à la fois plus implicites et laxistes, d’une pédagogie du confort psychologique de l’enseignant et de l’élève.

Travailler dans le plaisir, un renoncement? Je souhaiterais ici, en m’appuyant sur des lectures sociologiques, mettre ma nouvelle pratique en perspective. Sans chercher l’exhaustivité, je me poserai deux questions. La première consiste à se demander si une pédagogie du plaisir est forcément une pédagogie du détour, c’est-à-dire de l’illusion, entretenue par l’enseignant, qu’on n’est plus à l’école. La seconde porte sur la posture envers le public: est-il possible de pratiquer une pédagogie du plaisir qui ne soit pas une pratique psychologisante et misérabiliste de la démission didactique? Lire la suite