Quand l’éducation nouvelle révolutionnait l’école

Après la Première guerre mondiale, Célestin Freinet et le mouvement de l’éducation nouvelle ont tenté de réhabiliter l’expérience sensorielle et existentielle de l’enfance. Le documentaire Révolution école. 1918-1939(Les films du poisson, 2016), réalisé par Johanna Grudzinska, en retrace la naissance, les espoirs et la fin triste et sombre dans les affres du totalitarisme.

En un chœur monotone, des enfants répètent après leur maître. « La France est ma patrie. Je l’aime comme mon père et ma mère. Afin de lui prouver mon amour, je veux maintenant être un enfant laborieux et sage, pour être, quand je serai grand, un bon et un brave soldat ». Les enfants qui ont récité cette leçon de patriotisme sont morts sur le champ de bataille, à peine adultes.

C’est sur ce constat de l’échec de l’école républicaine à faire œuvre de civilisation que s’ouvre le documentaire Révolution école de Joanna Grudzinska. On y assiste, dans les lendemains désenchantés de la Première Guerre mondiale, au développement, dans un monde nouveau, du projet d’une éducation nouvelle. Sur fond d’années folles, de naissance de l’URSS et de montée du fascisme, la Ligue internationale de l’éducation nouvelle (LIEN). Mais les années 30 assistent, dans l’impuissance générale, à l’effondrement des illusions, sur fond de montée des nationalismes, de renforcement des fascismes et d’expansion nazie. Le film se referme sur la déportation des enfants de l’orphelinat de Janusz Korczak, piégés dans le ghetto de Varsovie et l’internement de Célestin Freinet.

Lire la suite sur nonfiction.fr.

Comment la sociologie des inégalités scolaires peut-elle aider les enseignants à améliorer leurs pratiques?

Cet article est un ensemble d’exercices de réflexion et d’analyse liés à un cours proposé en classe inversée à des étudiants en M1 de l’Espé de Bonneuil (UPEC).
Chaque exercice est immédiatement suivi d’un corrigé.

Les durées indiquées incluent l’autocorrection.

Corrigez-vous au fur et à mesure, mais sans tricher: prenez le temps de faire chaque exercice. Cela rendra votre travail plus intéressant intellectuellement qu’une simple lecture passive et vous permettra de donner un sens concret aux raisonnements qui vous sont proposés. Lire la suite

Mais que font les enseignants?

Accusée (à juste titre) de reproduire les inégalités sociales, l’institution scolaire, sous les gouvernements de droite comme ceux de gauche, accumule et juxtapose les réformes, plus controversées les unes que les autres et pourtant toutes destinées à mieux faire réussir les élèves. Les autres principaux intéressés, les enseignants, voient là un mépris de leur travail (ce qu’ils font quand ils sont en activité), une incompréhension fondamentale du sens de leur métier (ce qu’ils considèrent qu’il leur incombe professionnellement de faire), bref, un mépris de leur professionnalité (leur existence en tant que groupe autonome capable de fixer ses propres règles).

Le jeudi 16 juin 2016, s’est tenu à la Nuit Debout, place de la République à Paris, un atelier du groupe Travail de la Commission socio-économique intitulé « Le travail des enseignants face aux réformes de l’éducation ». Des enseignants du secondaire et, plus timidement, des non-enseignants en contact avec la question de l’éducation et/ou de l’enseignement (formateurs d’adultes, parents) y débattaient, de façon parfois vive, de savoir ce que ça peut bien être que le travail enseignant, sans jamais vraiment le nommer, obligeant les deux animateurs à intervenir régulièrement pour recadrer la discussion. Les non-enseignants n’ont pas manqué de souligner que pour eux, le travail enseignant restait une sorte de boîte noire et la difficulté qu’ils avaient alors à l’analyser au prisme des réformes éducatives.

Tournant autour du pot, le débat s’est malgré tout centré sur la question de l’injonction, « faire réussir les élèves », que les politiques publiques imposent à l’institution scolaire, « réussir », que la société impose aux élèves et aux familles. De leur côté, les enseignant se trouvent confrontés à des prescriptions qui viennent s’opposer à leur autonomie individuelle (les participants ont évoqué la question de la liberté pédagogique) et professionnelle (ils ont également abordé la question de savoir qui, des enseignants ou de leur hiérarchie administrative ou politique, doit décider des réformes de l’école).

Les participants, comme l’a relevé l’animateur de séance, ont surtout su mettre en controverse le travail enseignant, notamment en se posant la question des missions de l’école. Sous l’apparence d’une discussion qui s’égarait et d’un débat qui peinait à trouver son objet central, ils ont mis en visibilité une des questions qui est au centre de l’activité enseignante aujourd’hui : à qui je m’adresse, pour faire passer quels contenus, comment et en vue de quelles finalités.

Lire la suite sur nonfiction.fr.

Travailler dans le plaisir, un renoncement ?

Dans un précédent article, j’ai voulu faire le bilan de l’expérience, que j’ai vécue pendant mes deux dernières années d’enseignement, d’une révolution de mes pratiques pédagogiques. J’ai décrit les modalités selon lesquelles j’étais passée d’une pédagogie de type socio-constructiviste conforme aux demandes de l’institution à une pédagogie plus personnelle, guidée par deux principes: celui de la curiosité de découvrir et celui du plaisir d’enseigner et d’apprendre.

Une telle posture pédagogique n’est pas sans poser problème. Elle pourrait en effet laisser penser que je me serais détournée des pratiques exigeantes d’une pédagogie fondée sur le travail pour m’orienter vers celles, à la fois plus implicites et laxistes, d’une pédagogie du confort psychologique de l’enseignant et de l’élève.

Travailler dans le plaisir, un renoncement? Je souhaiterais ici, en m’appuyant sur des lectures sociologiques, mettre ma nouvelle pratique en perspective. Sans chercher l’exhaustivité, je me poserai deux questions. La première consiste à se demander si une pédagogie du plaisir est forcément une pédagogie du détour, c’est-à-dire de l’illusion, entretenue par l’enseignant, qu’on n’est plus à l’école. La seconde porte sur la posture envers le public: est-il possible de pratiquer une pédagogie du plaisir qui ne soit pas une pratique psychologisante et misérabiliste de la démission didactique? Lire la suite

Pourquoi je n’enseigne plus comme avant ?

Pourquoi je n’enseigne plus comme avant ?

Article évolutif. Mis à jour le 09/11/15.

L’école est souvent perçue par les élèves, en particulier par ceux qui sont le plus en difficulté, comme un lieu d’ennui, notamment parce que c’est un lieu hors du monde dans lequel se reproduisent, de manière routinière et sans lien avec « la vraie vie », des savoirs dont ils ont du mal à percevoir l’intérêt. En face, les professeurs sont souvent démunis pour répondre à ce manque d’intérêt pour ce qu’ils considèrent comme des savoirs indispensables dont ils ont fait leur métier. Face à ce manque d’intérêt, moi-même enseignante, je me suis enferrée (et je ne pense pas être la seule) dans la routine et dans une attitude de fuite en avant consistant à considérer qu’après tout, quoi qu’on fasse, on n’arrivera pas à les intéresser. Jusqu’au jour où j’ai transformé les contenus et les méthodes de mon enseignement.

Ce texte se veut un témoignage et non une réflexion scientifique, le récit d’une expérience et non le compte-rendu d’une expérimentation. S’il contient néanmoins des références à la recherche universitaire en sciences de l’éducation, c’est en raison de ma position particulière de doctorante travaillant sur les relations des enseignants à l’engagement. Je n’explicite pas, dans ce qui suit, l’apport propre de mon travail de recherche sur ma posture d’enseignante. Je me contente de partager, d’un point de vue assumé comme principalement émotionnel, celui de l’ennui et du plaisir au travail, une expérience de transformation des pratiques.

Lire la suite