Pourquoi les profs râlent tout le temps?

Article en deux parties, dans les Chroniques Scolaires de nonfiction.fr.

Souvent en grève, opposés à toute réforme de l’école, jamais assez bien payés, jamais contents. Pourtant, ils ont tout ce qu’un salarié peut rêver de mieux : pas beaucoup de travail (ils ne voudraient quand même pas nous faire croire qu’ils refont leurs cours tous les ans !) et des vacances à gogo. Serait-ce par désœuvrement que les enseignants râlent autant ?

Pourquoi les profs râlent tout le temps? Cliquez pour lire.

Pourquoi les profs râlent tout le temps? – 1/2 Une catégorie malheureuse

Pourquoi les profs râlent tout le temps? – 2/2 Une identité en crise

La « rentrée »: un rite d’institution démocratique

C’est la rentrée et, comme chaque année,  élèves et enseignants reprennent le chemin de l’école. Sur les panneaux publicitaires, les cartables et la tenue de rentrée remplacent les maillots de bains et autres accessoires de plage. Dans le journal et à la télévision, petits et grands reportages suivent les familles dans l’angoisse ou l’euphorie  des premières classes, des entrées au collège ou au lycée, dans l’espoir que la nouvelle année se passe mieux que la précédente, ou que le petit dernier fasse aussi bien – ou mieux – que ses aînés. Le ministère de l’Education nationale s’engage à assurer la meilleure rentrée possible, tandis que les syndicats comptent déjà les augmentations d’effectifs, les pertes de postes et les premiers dysfonctionnements.

Temps fort de l’année scolaire, la rentrée est aussi un temps inaugural. Elle est le commencement d’une nouvelle histoire, qui est pourtant intimement attachée à celle qui l’a précédée et qu’avait consacrée, il y a seulement quelques semaines, la publication des résultats des examens. Ces scansions temporelles sont des moments forts pour tous : ils font partie d’un temps social partagé par tous ceux qui ont des enfants, des petits-enfants ou des frères et sœurs, des cousins et cousines en âge d’aller à l’école.

Lire la suite sur nonfiction.fr

Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école, de Lucie Tanguy. Compte-rendu.

Lucie Tanguy, Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école. Le tournant politique des années 1980-2000 en France, Paris, La dispute, 2016, 221 p.

L’école a été accusée, dans les 20 dernières années, de manquer à sa mission d’insertion professionnelle des jeunes. Elle-même connaît une importante transformation, l’Etat se dessaisissant d’une partie de ses attributions et ouvrant l’institution à l’intervention privée. Dans Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école Lucie Tanguy observer ces évolutions en privilégiant l’enseignement professionnel et technologique, à la fois parce qu’ils sont souvent des lieux pilotes et parce que leur place de périphéries du système en fait des analyseurs intéressants de ses changements. L’ensemble est replacé dans une évolution plus globale d’une école qui forme moins, depuis les années 1970, des travailleurs qualifiés et des citoyens que de futurs salariés employables et dotés de l’esprit entrepreneurial.

Lire la suite du compte-rendu dans la Newsletter de l’Institut de Recherches de la FSU.

L’école et la violence

Un mot, plusieurs définitions

On peut définir la violence de trois manières au moins:

-L’utilisation à l’égard d’un tiers de la force, morale ou physique, pour lui imposer ce qu’on considère qu’il n’accepterait pas autrement et que la société réprouve.

-L’utilisation à l’égard d’un tiers d’une contrainte considérée socialement comme légitime, fondée sur le présupposé que la liberté du sujet doit être limitée, dans son propre intérêt et au nom de l’intérêt général, par sa famille, par les institutions (parmi lesquelles l’école, mais aussi les asiles psychiatriques ou les hôpitaux), par l’Etat.

-L’utilisation à l’égard de soi-même de moyens d’auto-contrainte. On se « fait violence » pour aller travailler quand on est fatigué ou encore pour éviter certaines nourritures réputées mauvaises pour la santé. Dans ce type de violence, on peut mettre la violence symbolique définie par Pierre Bourdieu comme l’imposition à eux-mêmes par les individus des structures naturalisées de la domination sociale. Reste que la violence symbolique est une violence elle-même naturalisée ce qui fait qu’elle n’est plus perçue comme telle.

Les trois définitions pourraient s’appliquer au cadre de l’institution scolaire. L’effort de travail demandé aux élèves par l’école relève de la 3è, les règlements scolaires de la seconde et les multiples agressions décrites par les professionnels de l’école, mais aussi, de plus en plus, par de multiples acteurs extérieurs, hommes et femmes politiques, essayistes, journalistes, de la 1ère définition. Lire la suite

Les élections professionnelles de 2014: participation en légère hausse, FSU en recul

Les élections professionnelles dans l’Education nationale se sont tenues, par vote électronique, entre le 27 novembre et le 4 décembre 2011.

Si les syndicats craignaient un effondrement du taux de participation comparable à celui de 2011, la participation connaît une légère hausse, sans retrouver son niveau de 2008, de 20 points plus élevé (voir l’article consacré aux élections professionnelles 2014).

Deux grandes tendances s’observent. Lire la suite

Du 27 novembre au 4 décembre 2014, élections professionnelles à l’Education nationale: organisation et enjeux

C’est le dernier jour des élections professionnelles dans l’Education nationale. Le vote, qui s’est fait, comme pour les élections de 2011, par Internet, a commencé le 27 novembre à 10 heures et s’achèvera aujourd’hui à 17 heures. Le 4 décembre est également l’unique journée de vote, par papier, pour le reste de la fonction publique.

Comme en 2011, les syndicats, mais aussi d’autres acteurs de terrain, comme la rédaction du Café pédagogique, s’inquiètent de la participation des électeurs, que le mode de vote et la complexité de son organisation pourraient décourager de participer aux différents scrutins. Lire la suite