L’école peut-elle se passer de discipline?

L’école républicaine encourt souvent le reproche, dans une société qui valorise la réalisation individuelle, de mouler les individus dans un cadre uniformisant impropre à répondre aux transformations économiques et à épanouir les individus.

Certains reprochent à l’école de manquer d’autorité et prônent un « retour à la discipline ». D’autres, au contraire, proposent des modèles alternatifs au modèle républicain de l’enseignement public : ils tentent de penser une école qui, moins centrée sur la discipline de groupe, arriverait davantage à penser les individus et à se penser à partir d’eux.

D’un point de vue théorique, en France, la question de la place de la discipline à l’école s’inscrit dans un débat ancien entre la tradition issue de la pensée philosophique de Rousseau et celle issue de la pensée philosophique de Kant ou de la sociologie de Durkheim. D’un point de vue historique, elle pose le problème du modèle scolaire qui se met en place en France au XIXe siècle, dans le sillage de la Révolution française.

Lire la suite sur nonfiction.fr.

Pourquoi les profs râlent tout le temps?

Article en deux parties, dans les Chroniques Scolaires de nonfiction.fr.

Souvent en grève, opposés à toute réforme de l’école, jamais assez bien payés, jamais contents. Pourtant, ils ont tout ce qu’un salarié peut rêver de mieux : pas beaucoup de travail (ils ne voudraient quand même pas nous faire croire qu’ils refont leurs cours tous les ans !) et des vacances à gogo. Serait-ce par désœuvrement que les enseignants râlent autant ?

Pourquoi les profs râlent tout le temps? Cliquez pour lire.

Pourquoi les profs râlent tout le temps? – 1/2 Une catégorie malheureuse

Pourquoi les profs râlent tout le temps? – 2/2 Une identité en crise

Comment la sociologie des inégalités scolaires peut-elle aider les enseignants à améliorer leurs pratiques?

Cet article est un ensemble d’exercices de réflexion et d’analyse liés à un cours proposé en classe inversée à des étudiants en M1 de l’Espé de Bonneuil (UPEC).
Chaque exercice est immédiatement suivi d’un corrigé.

Les durées indiquées incluent l’autocorrection.

Corrigez-vous au fur et à mesure, mais sans tricher: prenez le temps de faire chaque exercice. Cela rendra votre travail plus intéressant intellectuellement qu’une simple lecture passive et vous permettra de donner un sens concret aux raisonnements qui vous sont proposés. Lire la suite

L’école et la violence

Un mot, plusieurs définitions

On peut définir la violence de trois manières au moins:

-L’utilisation à l’égard d’un tiers de la force, morale ou physique, pour lui imposer ce qu’on considère qu’il n’accepterait pas autrement et que la société réprouve.

-L’utilisation à l’égard d’un tiers d’une contrainte considérée socialement comme légitime, fondée sur le présupposé que la liberté du sujet doit être limitée, dans son propre intérêt et au nom de l’intérêt général, par sa famille, par les institutions (parmi lesquelles l’école, mais aussi les asiles psychiatriques ou les hôpitaux), par l’Etat.

-L’utilisation à l’égard de soi-même de moyens d’auto-contrainte. On se « fait violence » pour aller travailler quand on est fatigué ou encore pour éviter certaines nourritures réputées mauvaises pour la santé. Dans ce type de violence, on peut mettre la violence symbolique définie par Pierre Bourdieu comme l’imposition à eux-mêmes par les individus des structures naturalisées de la domination sociale. Reste que la violence symbolique est une violence elle-même naturalisée ce qui fait qu’elle n’est plus perçue comme telle.

Les trois définitions pourraient s’appliquer au cadre de l’institution scolaire. L’effort de travail demandé aux élèves par l’école relève de la 3è, les règlements scolaires de la seconde et les multiples agressions décrites par les professionnels de l’école, mais aussi, de plus en plus, par de multiples acteurs extérieurs, hommes et femmes politiques, essayistes, journalistes, de la 1ère définition. Lire la suite

Travailler dans le plaisir, un renoncement ?

Dans un précédent article, j’ai voulu faire le bilan de l’expérience, que j’ai vécue pendant mes deux dernières années d’enseignement, d’une révolution de mes pratiques pédagogiques. J’ai décrit les modalités selon lesquelles j’étais passée d’une pédagogie de type socio-constructiviste conforme aux demandes de l’institution à une pédagogie plus personnelle, guidée par deux principes: celui de la curiosité de découvrir et celui du plaisir d’enseigner et d’apprendre.

Une telle posture pédagogique n’est pas sans poser problème. Elle pourrait en effet laisser penser que je me serais détournée des pratiques exigeantes d’une pédagogie fondée sur le travail pour m’orienter vers celles, à la fois plus implicites et laxistes, d’une pédagogie du confort psychologique de l’enseignant et de l’élève.

Travailler dans le plaisir, un renoncement? Je souhaiterais ici, en m’appuyant sur des lectures sociologiques, mettre ma nouvelle pratique en perspective. Sans chercher l’exhaustivité, je me poserai deux questions. La première consiste à se demander si une pédagogie du plaisir est forcément une pédagogie du détour, c’est-à-dire de l’illusion, entretenue par l’enseignant, qu’on n’est plus à l’école. La seconde porte sur la posture envers le public: est-il possible de pratiquer une pédagogie du plaisir qui ne soit pas une pratique psychologisante et misérabiliste de la démission didactique? Lire la suite

Pourquoi je n’enseigne plus comme avant ?

Pourquoi je n’enseigne plus comme avant ?

Article évolutif. Mis à jour le 09/11/15.

L’école est souvent perçue par les élèves, en particulier par ceux qui sont le plus en difficulté, comme un lieu d’ennui, notamment parce que c’est un lieu hors du monde dans lequel se reproduisent, de manière routinière et sans lien avec « la vraie vie », des savoirs dont ils ont du mal à percevoir l’intérêt. En face, les professeurs sont souvent démunis pour répondre à ce manque d’intérêt pour ce qu’ils considèrent comme des savoirs indispensables dont ils ont fait leur métier. Face à ce manque d’intérêt, moi-même enseignante, je me suis enferrée (et je ne pense pas être la seule) dans la routine et dans une attitude de fuite en avant consistant à considérer qu’après tout, quoi qu’on fasse, on n’arrivera pas à les intéresser. Jusqu’au jour où j’ai transformé les contenus et les méthodes de mon enseignement.

Ce texte se veut un témoignage et non une réflexion scientifique, le récit d’une expérience et non le compte-rendu d’une expérimentation. S’il contient néanmoins des références à la recherche universitaire en sciences de l’éducation, c’est en raison de ma position particulière de doctorante travaillant sur les relations des enseignants à l’engagement. Je n’explicite pas, dans ce qui suit, l’apport propre de mon travail de recherche sur ma posture d’enseignante. Je me contente de partager, d’un point de vue assumé comme principalement émotionnel, celui de l’ennui et du plaisir au travail, une expérience de transformation des pratiques.

Lire la suite