Quand l’éducation nouvelle révolutionnait l’école

Après la Première guerre mondiale, Célestin Freinet et le mouvement de l’éducation nouvelle ont tenté de réhabiliter l’expérience sensorielle et existentielle de l’enfance. Le documentaire Révolution école. 1918-1939(Les films du poisson, 2016), réalisé par Johanna Grudzinska, en retrace la naissance, les espoirs et la fin triste et sombre dans les affres du totalitarisme.

En un chœur monotone, des enfants répètent après leur maître. « La France est ma patrie. Je l’aime comme mon père et ma mère. Afin de lui prouver mon amour, je veux maintenant être un enfant laborieux et sage, pour être, quand je serai grand, un bon et un brave soldat ». Les enfants qui ont récité cette leçon de patriotisme sont morts sur le champ de bataille, à peine adultes.

C’est sur ce constat de l’échec de l’école républicaine à faire œuvre de civilisation que s’ouvre le documentaire Révolution école de Joanna Grudzinska. On y assiste, dans les lendemains désenchantés de la Première Guerre mondiale, au développement, dans un monde nouveau, du projet d’une éducation nouvelle. Sur fond d’années folles, de naissance de l’URSS et de montée du fascisme, la Ligue internationale de l’éducation nouvelle (LIEN). Mais les années 30 assistent, dans l’impuissance générale, à l’effondrement des illusions, sur fond de montée des nationalismes, de renforcement des fascismes et d’expansion nazie. Le film se referme sur la déportation des enfants de l’orphelinat de Janusz Korczak, piégés dans le ghetto de Varsovie et l’internement de Célestin Freinet.

Lire la suite sur nonfiction.fr.

Pourquoi les profs râlent tout le temps?

Article en deux parties, dans les Chroniques Scolaires de nonfiction.fr.

Souvent en grève, opposés à toute réforme de l’école, jamais assez bien payés, jamais contents. Pourtant, ils ont tout ce qu’un salarié peut rêver de mieux : pas beaucoup de travail (ils ne voudraient quand même pas nous faire croire qu’ils refont leurs cours tous les ans !) et des vacances à gogo. Serait-ce par désœuvrement que les enseignants râlent autant ?

Pourquoi les profs râlent tout le temps? Cliquez pour lire.

Pourquoi les profs râlent tout le temps? – 1/2 Une catégorie malheureuse

Pourquoi les profs râlent tout le temps? – 2/2 Une identité en crise

Comment la sociologie des inégalités scolaires peut-elle aider les enseignants à améliorer leurs pratiques?

Cet article est un ensemble d’exercices de réflexion et d’analyse liés à un cours proposé en classe inversée à des étudiants en M1 de l’Espé de Bonneuil (UPEC).
Chaque exercice est immédiatement suivi d’un corrigé.

Les durées indiquées incluent l’autocorrection.

Corrigez-vous au fur et à mesure, mais sans tricher: prenez le temps de faire chaque exercice. Cela rendra votre travail plus intéressant intellectuellement qu’une simple lecture passive et vous permettra de donner un sens concret aux raisonnements qui vous sont proposés. Lire la suite

Mais que font les enseignants?

Accusée (à juste titre) de reproduire les inégalités sociales, l’institution scolaire, sous les gouvernements de droite comme ceux de gauche, accumule et juxtapose les réformes, plus controversées les unes que les autres et pourtant toutes destinées à mieux faire réussir les élèves. Les autres principaux intéressés, les enseignants, voient là un mépris de leur travail (ce qu’ils font quand ils sont en activité), une incompréhension fondamentale du sens de leur métier (ce qu’ils considèrent qu’il leur incombe professionnellement de faire), bref, un mépris de leur professionnalité (leur existence en tant que groupe autonome capable de fixer ses propres règles).

Le jeudi 16 juin 2016, s’est tenu à la Nuit Debout, place de la République à Paris, un atelier du groupe Travail de la Commission socio-économique intitulé « Le travail des enseignants face aux réformes de l’éducation ». Des enseignants du secondaire et, plus timidement, des non-enseignants en contact avec la question de l’éducation et/ou de l’enseignement (formateurs d’adultes, parents) y débattaient, de façon parfois vive, de savoir ce que ça peut bien être que le travail enseignant, sans jamais vraiment le nommer, obligeant les deux animateurs à intervenir régulièrement pour recadrer la discussion. Les non-enseignants n’ont pas manqué de souligner que pour eux, le travail enseignant restait une sorte de boîte noire et la difficulté qu’ils avaient alors à l’analyser au prisme des réformes éducatives.

Tournant autour du pot, le débat s’est malgré tout centré sur la question de l’injonction, « faire réussir les élèves », que les politiques publiques imposent à l’institution scolaire, « réussir », que la société impose aux élèves et aux familles. De leur côté, les enseignant se trouvent confrontés à des prescriptions qui viennent s’opposer à leur autonomie individuelle (les participants ont évoqué la question de la liberté pédagogique) et professionnelle (ils ont également abordé la question de savoir qui, des enseignants ou de leur hiérarchie administrative ou politique, doit décider des réformes de l’école).

Les participants, comme l’a relevé l’animateur de séance, ont surtout su mettre en controverse le travail enseignant, notamment en se posant la question des missions de l’école. Sous l’apparence d’une discussion qui s’égarait et d’un débat qui peinait à trouver son objet central, ils ont mis en visibilité une des questions qui est au centre de l’activité enseignante aujourd’hui : à qui je m’adresse, pour faire passer quels contenus, comment et en vue de quelles finalités.

Lire la suite sur nonfiction.fr.

Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école, de Lucie Tanguy. Compte-rendu.

Lucie Tanguy, Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école. Le tournant politique des années 1980-2000 en France, Paris, La dispute, 2016, 221 p.

L’école a été accusée, dans les 20 dernières années, de manquer à sa mission d’insertion professionnelle des jeunes. Elle-même connaît une importante transformation, l’Etat se dessaisissant d’une partie de ses attributions et ouvrant l’institution à l’intervention privée. Dans Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école Lucie Tanguy observer ces évolutions en privilégiant l’enseignement professionnel et technologique, à la fois parce qu’ils sont souvent des lieux pilotes et parce que leur place de périphéries du système en fait des analyseurs intéressants de ses changements. L’ensemble est replacé dans une évolution plus globale d’une école qui forme moins, depuis les années 1970, des travailleurs qualifiés et des citoyens que de futurs salariés employables et dotés de l’esprit entrepreneurial.

Lire la suite du compte-rendu dans la Newsletter de l’Institut de Recherches de la FSU.

L’école et la violence

Un mot, plusieurs définitions

On peut définir la violence de trois manières au moins:

-L’utilisation à l’égard d’un tiers de la force, morale ou physique, pour lui imposer ce qu’on considère qu’il n’accepterait pas autrement et que la société réprouve.

-L’utilisation à l’égard d’un tiers d’une contrainte considérée socialement comme légitime, fondée sur le présupposé que la liberté du sujet doit être limitée, dans son propre intérêt et au nom de l’intérêt général, par sa famille, par les institutions (parmi lesquelles l’école, mais aussi les asiles psychiatriques ou les hôpitaux), par l’Etat.

-L’utilisation à l’égard de soi-même de moyens d’auto-contrainte. On se « fait violence » pour aller travailler quand on est fatigué ou encore pour éviter certaines nourritures réputées mauvaises pour la santé. Dans ce type de violence, on peut mettre la violence symbolique définie par Pierre Bourdieu comme l’imposition à eux-mêmes par les individus des structures naturalisées de la domination sociale. Reste que la violence symbolique est une violence elle-même naturalisée ce qui fait qu’elle n’est plus perçue comme telle.

Les trois définitions pourraient s’appliquer au cadre de l’institution scolaire. L’effort de travail demandé aux élèves par l’école relève de la 3è, les règlements scolaires de la seconde et les multiples agressions décrites par les professionnels de l’école, mais aussi, de plus en plus, par de multiples acteurs extérieurs, hommes et femmes politiques, essayistes, journalistes, de la 1ère définition. Lire la suite

Combien les enseignants du secondaire coûtent-ils à la collectivité ?

144.8 milliards d’euros, c’est le coût sur système éducatif français d’après la Note d’information de novembre 2014 de la la DEPP (voir Glossaire) intitulée « Le coût de l’éducation en 2013 ». Cela fait 7% du PIB et 2200 euros par habitant. Lire la suite

Qui sont les 380 000 enseignants du secondaire public? Portrait d’un groupe professionnel hétérogène.

 

Le Portrait social de la France 2013, publié par l’Insee en novembre 2014, comprend un dossier intitulé « Enseignants de collège et lycée publics en 2013 : panorama d’un métier exercé par 380 000 personnes ». Solène Hilary et Alexandra Louvet y brossent le portrait d’un groupe professionnel dont on peut constater à la fois une forme d’unification (dans les statuts notamment, avec l’extinction progressive de certains corps), une hétérogénéité dans les conditions de travail et de rémunération et la précarisation actuelle de son recrutement (avec l’augmentation du recours aux enseignants non fonctionnaires). Lire la suite