La « rentrée »: un rite d’institution démocratique

C’est la rentrée et, comme chaque année,  élèves et enseignants reprennent le chemin de l’école. Sur les panneaux publicitaires, les cartables et la tenue de rentrée remplacent les maillots de bains et autres accessoires de plage. Dans le journal et à la télévision, petits et grands reportages suivent les familles dans l’angoisse ou l’euphorie  des premières classes, des entrées au collège ou au lycée, dans l’espoir que la nouvelle année se passe mieux que la précédente, ou que le petit dernier fasse aussi bien – ou mieux – que ses aînés. Le ministère de l’Education nationale s’engage à assurer la meilleure rentrée possible, tandis que les syndicats comptent déjà les augmentations d’effectifs, les pertes de postes et les premiers dysfonctionnements.

Temps fort de l’année scolaire, la rentrée est aussi un temps inaugural. Elle est le commencement d’une nouvelle histoire, qui est pourtant intimement attachée à celle qui l’a précédée et qu’avait consacrée, il y a seulement quelques semaines, la publication des résultats des examens. Ces scansions temporelles sont des moments forts pour tous : ils font partie d’un temps social partagé par tous ceux qui ont des enfants, des petits-enfants ou des frères et sœurs, des cousins et cousines en âge d’aller à l’école.

Lire la suite sur nonfiction.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *