Les élections professionnelles de 2014: participation en légère hausse, FSU en recul

Les élections professionnelles dans l’Education nationale se sont tenues, par vote électronique, entre le 27 novembre et le 4 décembre 2011.

Si les syndicats craignaient un effondrement du taux de participation comparable à celui de 2011, la participation connaît une légère hausse, sans retrouver son niveau de 2008, de 20 points plus élevé (voir l’article consacré aux élections professionnelles 2014).

Deux grandes tendances s’observent. La FSU (Fédération syndicale unitaire) poursuit le recul constaté en 2011 (voir l’article du Café pédagogique). Mais, alors que les dernières élections avaient vu progresser les organisations réformistes (UNSA – Union nationale des syndicats autonomes – et CFDT – Confédération française démocratique du travail), les élections de 2014 consacrent la montée d’un syndicalisme qui se proclame « républicain », représenté par FO (Force ouvrière) et le Snalc (syndicat national des lycées et collèges).

Au CTM (comité technique ministériel – voir l’article consacré aux élections professionnelles 2014), le taux de participation, en légère progression, est de 41.73%, contre 38.54% en 2011. La FSU perd un siège et Sud sort. C’est FO, qui ajoute un siège à celui qu’elle avait en 2011, et le SNALC, nouvel entrant, qui profitent de ces deux reculs.

Dans les différentes CAPN (commissions administratives paritaires nationales – voir l’article consacré aux élections professionnelles 2014) des enseignants du secondaire, la participation est en légère hausse également (un peu plus de 2% si on compare la participation en 2014 et 2011 des professeurs des chaires supérieures, des agrégés, des certifiés, des professeurs d’EPS, des PLP et des CPE – pour toutes ces catégories, voir Glossaire).

Le SNES-FSU (Syndicat national des enseignements de second degré) recule face au SNALC et à FO. Le SNALC occupe désormais 2 des 4 sièges de la CAPN des professeurs de chaire supérieure et prend sa 3è place en nombre de voix à l’UNSA à la CAPN des certifiés. FO entre à la CAPN des agrégés et gagne un siège dans celle des certifiés tout en ravissant au SGEN-CFDT (Syndicat général de l’éducation nationale) la deuxième position en nombre de voix. Chez les professeurs de lycée professionnel, le SNETAA-FO (Syndicat national de l’enseignement technique-Action autonome) creuse l’écart avec la CGT (Confédération générale du travail). Le SNEP-FSU (Syndicat national de l’Education physique) est en recul chez les professeurs d’EPS, puisqu’il perd son monopole au profit de l’UNSA, désormais détenteur d’un des neuf sièges.

Les élections ont eu pour arrière-fond la réforme accélérée depuis 2012 de l’institution scolaire: réforme des statuts des enseignants, révision des contenus et des formes d’enseignement (remise en question des notes, projet de réforme du Socle de compétences et de connaissances et, avec eux, des programmes de collège). Elles ont été, pour les enseignants, l’occasion s’exprimer, en donnant plus de voix aux formations dites « républicaines », leurs craintes d’un nouveau bouleversement, après les réformes de 1989, qui ont placé l’élève au centre, des modalités de la transmission scolaire et des fondements de l’autorité.

Pour compléter:

François Jarraud, « Elections professionnelles: poussée de FO et recul de la FSU », Le Café pédagogique, 08/12/14.

Mattea Battaglia, « Les élections chez les enseignants montrent une mobilisation de l’électorat de droite », Le Monde, 05/12/2014.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *