Qui sont les 380 000 enseignants du secondaire public? Portrait d’un groupe professionnel hétérogène.

 

Le Portrait social de la France 2013, publié par l’Insee en novembre 2014, comprend un dossier intitulé « Enseignants de collège et lycée publics en 2013 : panorama d’un métier exercé par 380 000 personnes ». Solène Hilary et Alexandra Louvet y brossent le portrait d’un groupe professionnel dont on peut constater à la fois une forme d’unification (dans les statuts notamment, avec l’extinction progressive de certains corps), une hétérogénéité dans les conditions de travail et de rémunération et la précarisation actuelle de son recrutement (avec l’augmentation du recours aux enseignants non fonctionnaires).

Les enseignants des collèges, lycées professionnels (LP), lycées d’enseignement général et technologique (LGT) publics gérés par le ministère de l’Education nationale sont au nombre de 380 000 en 2013-14. Cela correspond à 3% de la population active.

 

Une variété de statuts

Devant les élèves des établissements du second degré public on trouve :

-4200 PEGC (voir Glossaire), chargés et adjoints d’enseignement. Ces corps, issus du premier degré, ont été mis en extinction respectivement en 2003 et en 1989. Ils comptaient 95 000 enseignants en 1983.

-9800 professeurs des écoles (voir Glossaire), enseignant en SEGPA (Glossaire).

-25 200 enseignants non-fonctionnaires (voir Glossaire), parmi lesquels une écrasante majorité de contractuels, les maître auxiliaires ne représentant plus que 2000 enseignants

-48 200 agrégés (voir Glossaire) et professeurs de chaire supérieure (voir Glossaire; ces derniers sont environ 2000)

-56 800 Professeurs des lycées professionnels (PLP – voir Glossaire).

 

Une profession fortement féminisée et en renouvellement générationnel

58% des 380 000 enseignants du second degré public sont des femmes (devenues majoritaires en au milieu du XXè siècle). Celles-ci restent minoritaires dans les chaires supérieures et sont plus faiblement représentées chez les agrégés et les PLP (50%) mais leur pourcentage est plus fort chez les enseignants les plus jeunes (parce que les femmes entrent plus jeunes dans l’enseignement et prennent leur retraite plus tôt).

10% des enseignants ont moins de 30 ans et 25% plus de 50 ans. Les années 2000 ont connu un important mouvement de départs à la retraite, qui s’atténue depuis 2012.

 

Des effectifs en baisse pour un nombre d’élèves relativement stable

En 2013, on compte 11% d’enseignants de moins qu’en 2000 contre 4% d’élèves.

Ce décrochage s’explique par deux facteurs :

-la mise en place en 2007 du dispositif « non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux » combiné à des départs en retraite particulièrement importants jusqu’en 2011

-la mastérisation en 2010 du recrutement, qui dissuade ou retarde l’entrée dans le métier pour les étudiants qui s’y destinaient initialement. L’augmentation depuis 2012 du nombre de postes mis au concours n’a pas encore produit ses effets.

La diminution du nombre d’enseignants fonctionnaires, tous corps confondus, depuis 2006, s’accompagne d’une augmentation de 75% des effectifs d’enseignants non fonctionnaires (qui avaient connu une forte baisse à partir de 2002 en rapport avec la loi Sapin de 2001 de résorption de l’emploi précaire) et d’une augmentation de 30% des heures supplémentaires.

Les non-fonctionnaires représentent 8% des enseignants du second degré public. Ils sont 13% en LP, 8% en collège et 6% en LGT.

 

Une hétérogénéité des conditions d’exercices

Le nombre d’heures de cours, le nombre d’élèves par classe, l’établissement et le contexte d’exercice dépendent du statut.

-Deux-tiers des agrégés enseignent en LGT

-80% des PLP enseignent en LP

-deux-tiers des certifiés (voir Glossaire) enseignent en collège

-un enseignant non-fonctionnaire sur deux enseigne en collège.

Or 97% des établissements relevant de l’éducation prioritaire sont des collèges et 1/4 des enseignants de collège enseignent dans des établissements relevant de l’éducation prioritaire.

Les conditions d’enseignement dépendent aussi de l’âge.

Les deux académies les moins attractives (Versailles et Créteil) reçoivent 41% des nouveaux titulaires, dont la moitié a exprimé un choix différent.

Alors que 8% des enseignants sont TZR (Glossaire), cela concerne 27% des moins de 30 ans. Un peu moins d’un TZR sur dix est affecté sur plusieurs établissements et c’est le plus souvent le cas des jeunes enseignants. Alors que 12,5% des enseignants du second degré public sont affectés dans l’éducation prioritaire, c’est le cas de 22% des moins de 30 ans.

 

41 heures de travail par semaine

Les enseignants à temps complet déclarent en moyenne 41 heures de travail par semaine en période scolaire et 18 jours de travail pendant les vacances scolaires. La moitié des 41 heures hebdomadaires est passée avec les élèves, principalement en enseignement collectif. Une heure par semaine est consacrée au suivi individuel. L’autre moitié est majoritairement consacrée aux activités pédagogiques, auxquelles s’ajoute le travail en équipe et les rencontres avec les parents. Les profs d’EPS (voir Glossaire) et les PLP passent néanmoins plus de temps avec les élèves.

Le temps de travail hebdomadaire « hors élèves » varie fortement d’un enseignant à l’autre et selon la période de l’année considérée.

Le temps partiel concerne un peu plus d’un enseignant fonctionnaire sur dix (15% des femmes, plus souvent les certifiées que les agrégées ou les PLP, 5% des hommes). Chez les non-fonctionnaires (à qui il peut être imposé) ce chiffre monte à 22% des hommes et 32% des femmes.

Les 3/4 des enseignants à temps complet font des heures supplémentaires (HS), en moyenne 2,2 par semaine, mais les enseignants avec les temps de service les plus faibles (agrégés et professeurs de chaire supérieure) sont ceux qui font le plus d’HS et les femmes, les moins de 30 ans et les non-fonctionnaires font moins d’HS que la moyenne.

 

Des rémunérations hétérogènes

En équivalent temps plein, les enseignants du second degré public gagnent en moyenne 2700 euros nets par mois. Les rémunérations complémentaires (correspondant pour moitié aux primes et pour moitié aux HS) représentent 15% du salaire brut.

Dans l’ordre décroissant, le salaire net par mois des différentes catégories :

-Chaire supérieure : 5800 euros nets par mois

-Agrégés : 3500 euros nets par mois

-PLP : 2670

-Certifiés : 2550

Les non-fonctionnaires ont des rémunérations plus faibles que les certifiés. Les plus de 50 ans gagnent moitié plus que les moins de 30 ans et les femmes touchent 7% de moins que les hommes (parce qu’elles sont plus nombreuses dans les corps les moins rémunérés et font moins d’HS).

Agrégés et certifiés ont des rémunérations nettes beaucoup plus faibles que les cadres de catégorie A (hors A+) non enseignants de la fonction publique d’État, qui perçoivent un-tiers de leur rémunération sous forme de primes.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *