La « rentrée »: un rite d’institution démocratique

C’est la rentrée et, comme chaque année,  élèves et enseignants reprennent le chemin de l’école. Sur les panneaux publicitaires, les cartables et la tenue de rentrée remplacent les maillots de bains et autres accessoires de plage. Dans le journal et à la télévision, petits et grands reportages suivent les familles dans l’angoisse ou l’euphorie  des premières classes, des entrées au collège ou au lycée, dans l’espoir que la nouvelle année se passe mieux que la précédente, ou que le petit dernier fasse aussi bien – ou mieux – que ses aînés. Le ministère de l’Education nationale s’engage à assurer la meilleure rentrée possible, tandis que les syndicats comptent déjà les augmentations d’effectifs, les pertes de postes et les premiers dysfonctionnements.

Temps fort de l’année scolaire, la rentrée est aussi un temps inaugural. Elle est le commencement d’une nouvelle histoire, qui est pourtant intimement attachée à celle qui l’a précédée et qu’avait consacrée, il y a seulement quelques semaines, la publication des résultats des examens. Ces scansions temporelles sont des moments forts pour tous : ils font partie d’un temps social partagé par tous ceux qui ont des enfants, des petits-enfants ou des frères et sœurs, des cousins et cousines en âge d’aller à l’école.

Lire la suite sur nonfiction.fr

Mais que font les enseignants?

Accusée (à juste titre) de reproduire les inégalités sociales, l’institution scolaire, sous les gouvernements de droite comme ceux de gauche, accumule et juxtapose les réformes, plus controversées les unes que les autres et pourtant toutes destinées à mieux faire réussir les élèves. Les autres principaux intéressés, les enseignants, voient là un mépris de leur travail (ce qu’ils font quand ils sont en activité), une incompréhension fondamentale du sens de leur métier (ce qu’ils considèrent qu’il leur incombe professionnellement de faire), bref, un mépris de leur professionnalité (leur existence en tant que groupe autonome capable de fixer ses propres règles).

Le jeudi 16 juin 2016, s’est tenu à la Nuit Debout, place de la République à Paris, un atelier du groupe Travail de la Commission socio-économique intitulé « Le travail des enseignants face aux réformes de l’éducation ». Des enseignants du secondaire et, plus timidement, des non-enseignants en contact avec la question de l’éducation et/ou de l’enseignement (formateurs d’adultes, parents) y débattaient, de façon parfois vive, de savoir ce que ça peut bien être que le travail enseignant, sans jamais vraiment le nommer, obligeant les deux animateurs à intervenir régulièrement pour recadrer la discussion. Les non-enseignants n’ont pas manqué de souligner que pour eux, le travail enseignant restait une sorte de boîte noire et la difficulté qu’ils avaient alors à l’analyser au prisme des réformes éducatives.

Tournant autour du pot, le débat s’est malgré tout centré sur la question de l’injonction, « faire réussir les élèves », que les politiques publiques imposent à l’institution scolaire, « réussir », que la société impose aux élèves et aux familles. De leur côté, les enseignant se trouvent confrontés à des prescriptions qui viennent s’opposer à leur autonomie individuelle (les participants ont évoqué la question de la liberté pédagogique) et professionnelle (ils ont également abordé la question de savoir qui, des enseignants ou de leur hiérarchie administrative ou politique, doit décider des réformes de l’école).

Les participants, comme l’a relevé l’animateur de séance, ont surtout su mettre en controverse le travail enseignant, notamment en se posant la question des missions de l’école. Sous l’apparence d’une discussion qui s’égarait et d’un débat qui peinait à trouver son objet central, ils ont mis en visibilité une des questions qui est au centre de l’activité enseignante aujourd’hui : à qui je m’adresse, pour faire passer quels contenus, comment et en vue de quelles finalités.

Lire la suite sur nonfiction.fr.

Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école, de Lucie Tanguy. Compte-rendu.

Lucie Tanguy, Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école. Le tournant politique des années 1980-2000 en France, Paris, La dispute, 2016, 221 p.

L’école a été accusée, dans les 20 dernières années, de manquer à sa mission d’insertion professionnelle des jeunes. Elle-même connaît une importante transformation, l’Etat se dessaisissant d’une partie de ses attributions et ouvrant l’institution à l’intervention privée. Dans Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école Lucie Tanguy observer ces évolutions en privilégiant l’enseignement professionnel et technologique, à la fois parce qu’ils sont souvent des lieux pilotes et parce que leur place de périphéries du système en fait des analyseurs intéressants de ses changements. L’ensemble est replacé dans une évolution plus globale d’une école qui forme moins, depuis les années 1970, des travailleurs qualifiés et des citoyens que de futurs salariés employables et dotés de l’esprit entrepreneurial.

Lire la suite du compte-rendu dans la Newsletter de l’Institut de Recherches de la FSU.

L’école et la violence

Un mot, plusieurs définitions

On peut définir la violence de trois manières au moins:

-L’utilisation à l’égard d’un tiers de la force, morale ou physique, pour lui imposer ce qu’on considère qu’il n’accepterait pas autrement et que la société réprouve.

-L’utilisation à l’égard d’un tiers d’une contrainte considérée socialement comme légitime, fondée sur le présupposé que la liberté du sujet doit être limitée, dans son propre intérêt et au nom de l’intérêt général, par sa famille, par les institutions (parmi lesquelles l’école, mais aussi les asiles psychiatriques ou les hôpitaux), par l’Etat.

-L’utilisation à l’égard de soi-même de moyens d’auto-contrainte. On se « fait violence » pour aller travailler quand on est fatigué ou encore pour éviter certaines nourritures réputées mauvaises pour la santé. Dans ce type de violence, on peut mettre la violence symbolique définie par Pierre Bourdieu comme l’imposition à eux-mêmes par les individus des structures naturalisées de la domination sociale. Reste que la violence symbolique est une violence elle-même naturalisée ce qui fait qu’elle n’est plus perçue comme telle.

Les trois définitions pourraient s’appliquer au cadre de l’institution scolaire. L’effort de travail demandé aux élèves par l’école relève de la 3è, les règlements scolaires de la seconde et les multiples agressions décrites par les professionnels de l’école, mais aussi, de plus en plus, par de multiples acteurs extérieurs, hommes et femmes politiques, essayistes, journalistes, de la 1ère définition. Lire la suite

Travailler dans le plaisir, un renoncement ?

Dans un précédent article, j’ai voulu faire le bilan de l’expérience, que j’ai vécue pendant mes deux dernières années d’enseignement, d’une révolution de mes pratiques pédagogiques. J’ai décrit les modalités selon lesquelles j’étais passée d’une pédagogie de type socio-constructiviste conforme aux demandes de l’institution à une pédagogie plus personnelle, guidée par deux principes: celui de la curiosité de découvrir et celui du plaisir d’enseigner et d’apprendre.

Une telle posture pédagogique n’est pas sans poser problème. Elle pourrait en effet laisser penser que je me serais détournée des pratiques exigeantes d’une pédagogie fondée sur le travail pour m’orienter vers celles, à la fois plus implicites et laxistes, d’une pédagogie du confort psychologique de l’enseignant et de l’élève.

Travailler dans le plaisir, un renoncement? Je souhaiterais ici, en m’appuyant sur des lectures sociologiques, mettre ma nouvelle pratique en perspective. Sans chercher l’exhaustivité, je me poserai deux questions. La première consiste à se demander si une pédagogie du plaisir est forcément une pédagogie du détour, c’est-à-dire de l’illusion, entretenue par l’enseignant, qu’on n’est plus à l’école. La seconde porte sur la posture envers le public: est-il possible de pratiquer une pédagogie du plaisir qui ne soit pas une pratique psychologisante et misérabiliste de la démission didactique? Lire la suite

Pourquoi je n’enseigne plus comme avant ?

Pourquoi je n’enseigne plus comme avant ?

Article évolutif. Mis à jour le 09/11/15.

L’école est souvent perçue par les élèves, en particulier par ceux qui sont le plus en difficulté, comme un lieu d’ennui, notamment parce que c’est un lieu hors du monde dans lequel se reproduisent, de manière routinière et sans lien avec « la vraie vie », des savoirs dont ils ont du mal à percevoir l’intérêt. En face, les professeurs sont souvent démunis pour répondre à ce manque d’intérêt pour ce qu’ils considèrent comme des savoirs indispensables dont ils ont fait leur métier. Face à ce manque d’intérêt, moi-même enseignante, je me suis enferrée (et je ne pense pas être la seule) dans la routine et dans une attitude de fuite en avant consistant à considérer qu’après tout, quoi qu’on fasse, on n’arrivera pas à les intéresser. Jusqu’au jour où j’ai transformé les contenus et les méthodes de mon enseignement.

Ce texte se veut un témoignage et non une réflexion scientifique, le récit d’une expérience et non le compte-rendu d’une expérimentation. S’il contient néanmoins des références à la recherche universitaire en sciences de l’éducation, c’est en raison de ma position particulière de doctorante travaillant sur les relations des enseignants à l’engagement. Je n’explicite pas, dans ce qui suit, l’apport propre de mon travail de recherche sur ma posture d’enseignante. Je me contente de partager, d’un point de vue assumé comme principalement émotionnel, celui de l’ennui et du plaisir au travail, une expérience de transformation des pratiques.

Lire la suite

Les élections professionnelles de 2014: participation en légère hausse, FSU en recul

Les élections professionnelles dans l’Education nationale se sont tenues, par vote électronique, entre le 27 novembre et le 4 décembre 2011.

Si les syndicats craignaient un effondrement du taux de participation comparable à celui de 2011, la participation connaît une légère hausse, sans retrouver son niveau de 2008, de 20 points plus élevé (voir l’article consacré aux élections professionnelles 2014).

Deux grandes tendances s’observent. Lire la suite

Du 27 novembre au 4 décembre 2014, élections professionnelles à l’Education nationale: organisation et enjeux

C’est le dernier jour des élections professionnelles dans l’Education nationale. Le vote, qui s’est fait, comme pour les élections de 2011, par Internet, a commencé le 27 novembre à 10 heures et s’achèvera aujourd’hui à 17 heures. Le 4 décembre est également l’unique journée de vote, par papier, pour le reste de la fonction publique.

Comme en 2011, les syndicats, mais aussi d’autres acteurs de terrain, comme la rédaction du Café pédagogique, s’inquiètent de la participation des électeurs, que le mode de vote et la complexité de son organisation pourraient décourager de participer aux différents scrutins. Lire la suite

Combien les enseignants du secondaire coûtent-ils à la collectivité ?

144.8 milliards d’euros, c’est le coût sur système éducatif français d’après la Note d’information de novembre 2014 de la la DEPP (voir Glossaire) intitulée « Le coût de l’éducation en 2013 ». Cela fait 7% du PIB et 2200 euros par habitant. Lire la suite

Qui sont les 380 000 enseignants du secondaire public? Portrait d’un groupe professionnel hétérogène.

 

Le Portrait social de la France 2013, publié par l’Insee en novembre 2014, comprend un dossier intitulé « Enseignants de collège et lycée publics en 2013 : panorama d’un métier exercé par 380 000 personnes ». Solène Hilary et Alexandra Louvet y brossent le portrait d’un groupe professionnel dont on peut constater à la fois une forme d’unification (dans les statuts notamment, avec l’extinction progressive de certains corps), une hétérogénéité dans les conditions de travail et de rémunération et la précarisation actuelle de son recrutement (avec l’augmentation du recours aux enseignants non fonctionnaires). Lire la suite